tweeter
Rencontre les Centrales Syndicales : Une photo de famille sur l'esplanade de la primature avec le Premier Ministre
Rencontre les Centrales Syndicales : Une photo de famille sur l'esplanade de la primature avec le Premier Ministr
La Politique du Genre, une Réalité à la CSH
Fête du Travail: Voici le texte intégral lu par le SG SORO MAMADOU
Fête du Travail: L'attention de l'auditoire, à la lecture du cahier de revendications
Interview :M. SORO MAMADOU, Prsident du Bureau Rgional en Afrique de l'Ouest de l'Union Africaine de la Mutualit (UAM)

 

 

 

Le 16/12/2014, le Bureau régional Afrique de l’Ouest de l’UAM a vu le jour avec pour Président Monsieur SORO Mamadou qui rappelle dans cette interview les fondements de l’UAM et les objectifs du Bureau régional de l’Afrique de l’Ouest. Il met particulièrement l’accent sur les eneux du mouvement mutualiste dans la sous-région pour lutter contre la pauvreté et participer à l’amélioration du bien-être des populations les plus vulnérables.



Précédemment Secrétaire Général du Syndicat National des Enseignants du Secondaire de Côte d’Ivoire (SYNESCI), Monsieur Soro Mamadou dirige depuis quelques années la Centrale Syndicale Humanisme (CSH), une des plus grandes centrales syndicales de Côte d’Ivoire. Diplômé de l’Ecole Normale Supérieur (ENS) d’Abidjan, Monsieur SORO est également titulaire d’un Master en Gestion des Entreprises option Ressources Humaines. Son engagement pour le progrès social lui permettra d’accéder en 2013 à la tête du Conseil d’Administration de la Mutuelle Générale des Fonctionnaires de Côte d’Ivoire (MUGEF-CI).


De 2007 à 2011, SORO Mamadou a été membre du Bureau Région Afrique de la Fédération Mondiale des Syndicats d’Enseignants. De septembre 2008 à septembre 2012, il a été Délégué Général de l’Afrique de l’ouest du Bureau mondial du Comité Syndical Francophone du secteur Education-Formation (CSFEF) et premier vice-président du Réseau Ivoirien pour la Promotion de l’Ecole Pour Tous (RIP-EPT). Monsieur Soro Mamadou est depuis le 16 décembre 2014, Président du Bureau régional de l’Afrique de l’Ouest de l’Union Africaine de la Mutualité (UAM). En 2014, ses immenses qualités d’homme de devoir et d’engagement lui ont valu sa nomination par le Chef de l’Etat ivoirien, au sein du Conseil Economique et Social ainsi qu’au Conseil d’Administration de l’Institution de Prévoyance Social de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (IPS-CNAM).


1. L’UAM vient de créer son bureau régional de l’Afrique de l’Ouest à Abidjan le 16 Décembre 2014. C’est ce même jour que vous avez été élu pour présider cette instance. Pouvez-vous nous dire ce qu’est l’UAM et quels sont ses objectifs ?


L’Union Africaine de la Mutualité a été créée en 2007, son siège se situe à Rabat au Maroc et son Président actuel est Monsieur Abdelmoula ABDELMOUMNI. L’UAM compte 18 pays membres à savoir le Burkina Faso, Maroc, Sénégal, Tunisie, Mali, bénin, Côte d’Ivoire, Mauritanie, Burundi, RDC, Congo Brazzaville, Cameroun, Niger, les Iles Comores, Kenya, Tanzanie, Ouganda.


L’Union a pour objectif, dans un cadre de coopération sud-sud, de diffuser dans tous les pays Africains, les principes dont s’inspire la Mutualité dans l’assurance maladie, la prévoyance, la retraite et dans tous les autres secteurs de la protection sociale, en synergie avec la coopération nord-sud, pour mutualiser les expériences et faire émerger des objectifs généraux et communs aux différents systèmes  Africains d’accès aux soins. Elle sert également d’espace d’échanges, de dialogue, de coordination et de coopération, de représentation et de plaidoyer du mouvement mutualiste Africain devant les instances Nationales et Internationales.
Partout dans le monde et spécialement en Afrique, les mutuelles, œuvrent pour la cohésion sociale, préparent les transitions vers l’Assurance Maladie Universelle, comblent les déficits en matière d’encadrement sanitaire, assurent la proximité, le conseil, la prévention et les soins. Et notre mission est d’aider ces mutuelles, en partenariat avec l’Association Internationale de la Mutualité (AIM) et les organismes Internationaux ayant des objectifs similaires à ceux de l’Union Africaine de la Mutualité. Pour remplir sa mission, l’UAM s’est dotée de deux organes:

  • Le bureau exécutif,
  • Le Comité Directeur composé de 7 commissions dédiées notamment aux questions financières, réglementaires, de communication et de formation.

Ces organes ont pour principales activités de créer un cadre adapté (à travers des réunions Africaines et Internationales) pour que les organisations-membres puissent échanger des informations et confronter les expériences. Ils doivent également appuyer les initiatives de représentation et de défense des principes communs au moyen de positions adoptées ensemble envers les institutions Africaines et Internationales tout en assurant la promotion de la collaboration de ses organisations-membres à des projets de coopération Internationale.
2. Quel est l’objectif de la restructuration géographique et le rôle du Bureau régional de l’UAM ?
Pour rapprocher l’UAM de ses membres et rendre ainsi plus perceptibles ses actions sur le terrain, l’Union a décidé d’adopter une restructuration du continent en 4 grandes zones :

  • Zone Afrique Centrale,
  • Zone Afrique du Nord,
  • Zone Afrique de l’Ouest,
  • Zone Afrique Australe.

Par cette régionalisation, l’UAM vise 2 objectifs :

  • le recrutement d’un plus grand nombre de mutuelles qui participeraient aux débats des pays Africains sur le rôle du mouvement mutualiste,
  • être plus proche des préoccupations de la population Africaine en termes de couverture médicale et de protection sociale.

Afin d’assurer une coordination efficace de la structuration régionale, les instances décisionnelles ont ratifié à l’unanimité la création d’un premier Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest basé à Abidjan – Côte d’Ivoire, dont j’assure la présidence.
Le Bureau régional organisera la collecte, et la diffusion d’informations essentielles, d’expériences acquises et de meilleures pratiques, en matière d’extension de la couverture du risque maladie par les mutuelles (« gestion du savoir »). A travers lui, les acteurs promoteurs des mutuelles sociales verront leurs capacités renforcées.
Le Bureau sera un support indéniable aux mutuelles (responsables et membres) pour la gestion efficace des opérations et la bonne exécution de leur mission et fonctions normatives (assurance risque maladie, négociation de la qualité des soins et des prestations de santé, promotion et défense des intérêts des membres en matière d’accès aux soins, etc.) pour leur permettre de jouer pleinement leur rôle dans l’extension de la couverture maladie.


3. Quels sont les enjeux pour le mouvement mutualiste dans la sous-région?


Les mutuelles doivent prendre toute leur place dans l’extension de la couverture santé dans la région de l’UEMOA. Cette couverture ne concerne actuellement en moyenne que 7% des populations et les pouvoirs publics dans la plupart des pays de la zone ont décidé des programmes ambitieux destinés à couvrir progressivement tous leurs citoyens. C’est une chance pour la mutualité qui peut trouver dans ces initiatives de formidables opportunités de développement. L’enjeu de l’articulation des mutuelles existantes avec ces régimes universels et leur évolution future est donc majeur.
Le deuxième enjeu est celui du développement de l’offre de soins. En effet les mécanismes nationaux en cours d’élaboration vont progressivement solvabiliser la demande. Les mutuelles devront donc accompagner le développement d’une offre de soins de qualité mais à des coûts abordables. Elles disposent pour cela de leurs réseaux de praticiens et d’établissements conventionnés, mais aussi de leurs propres centres de santé.
Le renforcement de la structuration du mouvement mutualiste dans l’ensemble des pays de la zone est également un enjeu majeur. Il sera important que, sous l’égide de l’UAM, les mutuelles se rassemblent dans chaque pays concerné pour définir leurs besoins et organiser leur représentation au niveau national. Le Bureau régional devrait pouvoir les accompagner dans ces démarches.
Bien d’autres enjeux existent comme ceux de la formation des dirigeants et des salariés, du partage des outils et des expertises ou encore de la communication. Tout cela fait partie des objectifs de l’UAM que nous devrons traduire dans notre sous-région.
Globalement on peut retenir les priorités suivantes :

  • Prendre une grande part dans la couverture des populations en matière de santé (parvenir à couvrir plus de 45% des populations),
  • Organiser dans chaque pays le mouvement mutualiste afin de le rendre dynamique.
  • Participer activement au développement d’offres de soins de qualité, à des coûts abordables et accessibles à tous.
  • Développer l’entreprise mutualiste pour une participation significative à l’économie sociale et solidaire.
Ces priorités participent à la lutte contre la pauvreté et à l’amélioration du bien-être des populations, surtout les plus vulnérables. C’est pourquoi je réunirai dans les jours qui viennent le Bureau que je préside, de manière à ne pas perdre de temps, et à faire en sorte que nous puissions agir concrètement avec efficacité et dans des délais compatibles avec les ambitions qui sont les nôtres.



 

Partenaires
Newsletter